Saut au contenu

PACCAF – Projet d’appui aux corps de contrôle et à l’administration fiscale en République de Guinée
Accompagner la mobilisation des ressources et la redevabilité publiques en République de Guinée

print

Objectif

Le PACCAF a pour objectifs d’améliorer la mobilisation des ressources publiques et de renforcer le contrôle de la gestion des finances publiques
  • 3,845 M€
    BUDGET
  • 01/09/2018
    DEBUT DU PROJET
  • 36 mois
    DUREE

La Guinée est engagée dans un ambitieux processus de réforme visant à améliorer ses finances publiques. Elle bénéficie dans cet objectif de l’appui de l’Union européenne sous la forme d’un programme d’appui à la réforme des finances publiques (PARFIP) d’un montant de 11,9 millions d’euros.

Dans ce cadre de ce programme, le projet PACCAF appuie l’administration fiscale et les corps de contrôle, avec l’objectif général de poursuivre l’amélioration de la gouvernance financière en Guinée.

Financé par l’Union européenne et Expertise France et mis en oeuvre par Expertise France, il prend le relais de deux précédents projets, PARAF et RECOR II, qui visaient le renforcement des capacités de la direction nationale des Impôts (DNI) et des corps de contrôle.

Le PACCAF contribuera à l’atteinte des résultats suivants :

 • Renforcement de la mobilisation de ressources publiques

 • Amélioration de la transparence budgétaire et des mécanismes informels de redevabilité

 • Amélioration du climat des affaires

 • Renforcement des capacités des organisations de la société civile engagées dans la gouvernance économique et la défense des droits humains

Des avancées en matière de gouvernance financière

« Les activités du projet PACCAF constituent des apports décisifs à l’amélioration de la gouvernance financière dans notre pays », a constaté Mamadi Camara, ministre de l’Économie et des Finances de Guinée, lors du premier comité de pilotage du projet le 23 mai 2019. Ce comité de pilotage a réuni l’ensemble des bénéficiaires au projet : le ministère de l’Économie et des Finances, le ministère du Budget, la direction nationale des Impôts (DNI), la Cour des comptes, l’Inspection générale d’Etat, l’Inspection générale des Finances et la direction nationale du Patrimoine de l’Etat et des Investissements Privés (DNPEIP).

Le comité de pilotage a pu faire état d’avancées notables telles que :

 • Le déploiement du Numéro d’Identification Fiscal permanent (NIFp) constitue un élément essentiel de modernisation de la DNI. L’attribution d’un numéro d’identification aux entreprises couplée à leur géolocalisation permet d’élargir l’assiette fiscale, tout en garantissant des bases fiables et sécurisées. Mi-mai 2019, un NIFp avait déjà été attribué́ à près de 8000 entreprises.

 • Le recensement des actifs financiers de l’Etat. Cette activité réalisée en appui à la DNPEIP constitue la première étape d’une démarche qui permettra à l’État guinéen de réaliser l’inventaire, l’immatriculation et l’enregistrement des actifs et passifs d’État, et ce faisant, d’améliorer considérablement sa capacité de pilotage, en conformité avec les standards internationaux.

 • L’organisation de formations (contrôle fiscal, méthodologie du contrôle) et d’accompagnements aux contrôles pour renforcer les capacités de l’Inspection Générale des Finances et de l’Etat.

 • La présentation d’une stratégie de communication visant à renforcer les capacités des agents en charge de la communication publique, afin de diffuser les enjeux, valeurs et activités réalisées en faveur d’une amélioration de la gouvernance financière.