Saut au contenu

CRIMARIO - Critical Maritime Routes in the Indian Ocean
Promouvoir la connaissance de la situation maritime dans l’Océan Indien

print

Objectif

CRIMARIO vise à renforcer la sûreté et la sécurité maritimes dans l’ensemble de l’Océan indien, en appuyant les pays côtiers dans le développement de la connaissance de la situation maritime.
  • 5,5 M€
    BUDGET
  • 01/01/2015
    DEBUT DU PROJET
  • 48 mois
    DUREE

Une réduction des risques maritimes par l’échange d’information

L’Océan indien est la voie maritime par laquelle transite environ 70% du pétrole mondial transporté. En dépit de sa récente diminution, la piraterie dans l’Océan indien doit continuer à être contenue, tandis que d’autres formes de criminalité organisée en mer doivent également être combattues comme la traite des êtres humains, les trafics de drogues et d’armes, la pêche illicite, la pollution par hydrocarbure ou l’exploitation illégale de ressources marines. La maîtrise de ces problématiques qui se développent aux confins des eaux sous souveraineté nationale et des eaux internationales passe par une coordination inter-administrations et une coopération régionale.

Pour relever ces défis, l’Union européenne soutient le mécanisme régional du Code de conduite de Djibouti, conclu en 2009 entre les 21 pays côtiers de l’ouest de l’Océan indien et amendé en janvier 2017 à Djedda, et a lancé le programme Routes maritimes critiques (Critical Maritime Routes Programme).

Au sein de ce programme, le projet CRIMARIO vise à renforcer la sûreté et la sécurité maritime dans l’ensemble de l’Océan indien en appuyant les pays côtiers dans le développement de la connaissance de la situation maritime.

Pour ce faire, CRIMARIO propose aux partenaires régionaux plusieurs initiatives dont la création d’un portail web sécurisé de partage d’information et de gestion d’incident (IORIS), la création d’un réseau AIS régional, des formations pour le renforcement de capacité, des ateliers valorisant la coopération inter-administrations et régionale ainsi qu’une aide à la conception d’un ensemble de politiques de partage d’information.

Ces initiatives permettront le partage et la fusion de données provenant de diverses sources afin de mieux appréhender le domaine maritime. En retour, une connaissance exhaustive et constante de la situation maritime donnera la capacité aux Etats côtiers d’améliorer la sûreté, la sécurité et de protéger l’environnement maritime.
 

A lire : Parole d’expert – Marianne Péron-Doise, conseiller stratégique du projet CRIMARIO

Un programme d’entraînement et de renforcement des capacités

 

 • Adapté au besoin de chaque pays partenaire

 • Progressif, visant à l’autonomie régionale en formant de futurs instructeurs

 • Développant les compétences techniques en visualisation et en analyse des données

 • Axé sur la coopération entre les administrations maritimes.

 

En 2016, 10 sessions ont été organisées au profit des Comores, Kenya, Madagascar, Seychelles et Yémen. En 2017, 10 sessions ont été organisées au profit des Comores, Djibouti, et Madagascar.

Une dizaine de sessions sont prévues en 2018 au profit du Kenya, Maurice et Seychelles.
 

A lire aussi : La coopération maritime se renforce à Madagascar et aux Comores

 

IORIS, un réseau de partage d’information et de gestion d’incidents

La version 1.0 de IORIS est opérationnelle depuis le 1er juillet 2018. Ce nouvel outil sécurisé de partage d’informations et de gestion des incidents en mer permet aux pays membres de mettre en place un environnement de travail collaboratif afin d’améliorer leur connaissance du domaine maritime et coordonner les opérations en cas d’incidents en mer. IORIS est un réseau Internet sécurisé :

 • d’échange d’ informations

 • de collaboration et de discussion

 • de gestion en temps réel des incidents nationaux ou régionaux

 • d’accès à une bibliothèque de ressources

 • entièrement détenu et géré par les partenaires régionaux.
 

A lire aussi : IORIS, plateforme régionale de partage de l'information, opérationnelle
 

 

Pour plus d'informations sur le projet :

crimario.eu        @EUCrimario