Villes et territoires : des lieux de vie en transformation pour la nature et le climat

print
Lancée à l’occasion de la journée mondiale de l’habitat, la campagne « Urban October » à l’initiative d’ONU Habitat met l’engagement des villes et des territoires à l’honneur à travers une série d’évènements adaptés au contexte post-Covid, tels que le forum virtuel en ligne des leaders urbains, « Daring Cities ». Une communauté d’acteurs locaux s’illustre par son dynamisme et sa créativité pour agir en faveur du climat et de la biodiversité, et appréhender ces deux enjeux de façon intégrée. Expertise France s’engage à leurs côtés à travers plusieurs projets et met en lumière leur engagement ce 31 octobre, à l’occasion de la journée mondiale des villes.

Les villes, des acteurs en première ligne pour préserver l’environnement

Les villes, qui concentrent aujourd’hui 50% de la population mondiale, continuent de croître et abriteront 70% des habitats de la planète en 2050[1]. Rassemblant une pluralité d’acteurs, les villes constituent un lieu décisif pour mobiliser les générations futures et concrétiser le potentiel des solutions fondées sur la nature.

Pour autant, la croissance démographique et l’urbanisation rapide, accompagnés d’un étalement urbain dont la surface doublera d’ici 30 ans[2], contribuent directement aux principaux facteurs de perte de biodiversité : changement d’usage des terres, exploitation du vivant, changement climatique et pollution. Or, 80% du PIB mondial est généré en ville, dont la moitié dépend de la nature. Dans les pays en voie de développement, le Fonds pour l’environnement mondial estime ainsi que 60 à 70% des infrastructures seront construites dans les années à venir et que les arbitrages décisifs pour qu’elles soient vertes ou grises se font aujourd’hui. Afin d’opérer le changement de paradigme nécessaire à une relance post-Covid véritablement verte, il est donc indispensable d’intégrer les enjeux climatiques et de biodiversité dans l’ensemble des politiques sectorielles.

Un volontarisme en quête de moyens et de prérogatives

Deux tiers des politiques liées à la biodiversité sont mises en œuvre à l’échelle infranationale[3] : l’ensemble des autorités locales (états fédérés, régions, départements, aires métropolitaines, communautés de communes, quartiers, arrondissements, etc.) sont ainsi concernées par la préservation de la biodiversité à leur échelle. Au niveau mondial, 175 collectivités issues de 58 pays ont lancé une dynamique de mobilisation en prenant des engagements volontaires pour la biodiversité (CitiesWithNature), un mouvement qui va s’amplifier dans les mois à venir. En Afrique, plus de 230 villes sont signataires de la Convention des maires pour l’Afrique subsaharienne (CoM SSA) pour améliorer l’accès à l’énergie propre et réduire leur vulnérabilité aux effets du changement climatique.

Cet élan fort est porté par des feuilles de route telles que la Déclaration d’Edimbourg qui appelle à élever l’ambition des accords internationaux liés à la biodiversité et à mieux associer les acteurs locaux et infranationaux à leur négociation et mise en œuvre, et qui restera ouverte à la signature des Etats-partis à la CBD jusqu’à la COP15 qui se tiendra l’an prochain. La déclaration plaide pour le renouvellement du plan spécifique qui leur est dédié, mais aussi pour leur prise en compte dans le processus de négociation à travers une plateforme d’échange multi-acteurs dédiée, la mobilisation de ressources, le renforcement de capacité, l’échange de connaissances.  La forte volonté d’agir pour la nature et le climat ne fait plus aucun doute.

« A l’aube d’une nouvelle décennie, le futur de notre planète sera déterminé par les actions que nous prenons maintenant pour inverser la perte sans précédent de la nature et sécuriser notre avenir, qui sera de plus en plus urbain. C’est au niveau local et infranational que l’action a un impact direct, et c’est là que le nouveau cadre mondial pour la biodiversité sera mis en œuvre », explique Valérie Plante, maire de Montréal et ambassadrice d'ICLEI pour la biodiversité.  

Pourtant, seules 25% des collectivités sondées dans le cadre du Processus d’Edimbourg, déclaraient avoir participé à la rédaction des rapports de suivi de l’état de la biodiversité dans leurs pays, tandis que 70% d’entre elles le souhaitaient. La voix et les capacités des collectivités territoriales et autorités locales doivent donc être renforcées par des leviers stratégiques : montée en compétences des autorités locales sur les sujets relatifs au climat et à la biodiversité, planification urbaine et aménagement du territoire intégrant ces enjeux, mobilisation de l’ensemble des acteurs d’un même territoire, accès au financement, etc.

Réaliser le potentiel vert des acteurs locaux

Pour accompagner l’élan des acteurs locaux et infranationaux, Expertise France s’engage aux côtés des collectivités territoriales et autorités locales dans la définition et la mise en œuvre d’une planification sobre et résiliente à leur niveau, mais aussi dans la prise en compte/l’amplification de la voix des acteurs locaux au niveau international.

Dans le cadre de la phase III du projet de soutien à la Convention des maires pour l’Afrique subsaharienne, l’agence accompagne des villes au Mali, au Togo, en Ouganda et au Kenya à traduire leurs engagements en mesures pratiques. Quinze villes élaborent actuellement des plans locaux pour le climat et l’accès à l’énergie qui permettent ensuite de créer un effet de levier sur des investissements dans l’énergie durable et le climat. Pour favoriser l’émergence d’innovation et appuyer les dynamiques territoriales, Expertise France promeut la diffusion des bonnes pratiques entre villes (sud-sud et nord-sud).

Expertise France contribue aussi à la création d’espaces d’expression qui permettent aux acteurs locaux de faire entendre leur voix, de muscler leur discours et d’étendre leur mobilisation. Ainsi, à travers une convention de subvention au Centre pour la Biodiversité du réseau ICLEI – Local Governments for Sustainability,  le projet Post-2020 Biodiversity Framework-EU support soutient la définition, la formulation et l’expression de prises de positions par les collectivités territoriales et acteurs locaux dans l’enceinte de la CBD par l’animation d’une Task Force mondiale des gouvernements locaux et régionaux et d’un Partenariat mondial pour l’action des acteurs locaux et sous-nationaux. Il appuie aussi le développement des fonctionnalités de la plateforme CitiesWithNature pour inciter de nouvelles collectivités à prendre des engagements pour la biodiversité et accompagne sa promotion à travers des webinaires mensuels, des campagnes de communication en ligne (buzz, newsletter, clips vidéo, etc.) et des présentations lors de sommets internationaux réunissant des collectivités territoriales et autorités locales. 

 

 

 A lire sur le site de Cities With Nature : United for nature on World Cities Day


[1] Source : Département des Affaires économiques et sociales des Nations unies.

[2] Source : Global Environment Facility

[3] Source : Comité européen des Régions

Dernières publications