Saut au contenu

Go Blue – Projet de renforcement de la sécurité maritime au Kenya
Renforcer la sécurité maritime au Kenya pour favoriser le développement de l’économie bleue.

print
Crédit : Ahmed Siddiqui sur Unsplash

Objectif

Le projet Go Blue vise à renforcer la sécurité et la sûreté maritimes au Kenya, en adoptant une approche multipartite faisant intervenir les pouvoirs judiciaire et législatif, le secteur privé, la société civile et les communautés locales.
  • 5 M€
    BUDGET
  • 18/12/2020
    DEBUT DU PROJET
  • 47 mois
    DUREE

Sécurité maritime : un enjeu économique pour les États africains

Le commerce international représente un véritable enjeu pour les économies africaines, avec plus de 90 % des exportations et des importations qui passent par la mer. En 2017, les six comtés côtiers du Kenya ont rapporté autour de 0,7 billion de shillings kényans – soit 9 % du PIB national – créé des offres d’emploi pour plus de 500 000 personnes et soutenu indirectement plus de deux millions de personnes.

En 2005, lorsque la piraterie maritime était à son apogée dans l’ouest de l’océan Indien, l’industrie du transport maritime kényane a perdu entre 300 et 400 millions de dollars par an.

Lutter contre les activités maritimes illégales au Kenya

L’océan Indien représente un potentiel économique immense de ressources marines pour le Kenya, avec la pêche, l’aquaculture, le tourisme maritime et côtier et les activités de recherche. Pourtant, ces opportunités ne sont pas pleinement exploitées.

Pour développer son économie bleue, le Kenya doit lutter contre les activités maritimes illégales afin de créer une multitude d’opportunités et d’activités génératrices de revenus pour les communautés côtières. Cet objectif ne pourra être atteint qu’en adoptant une approche multipartite où tous les acteurs kényans (y compris les pouvoirs judiciaire et législatif, le secteur privé, la société civile et les communautés locales) travaillent conjointement pour répondre aux défis rencontrés par le secteur maritime en matière de sécurité et de sûreté.

En septembre 2018, le Kenya est passé à l’action en lançant sa garde côtière. Cette première étape permettra de lutter activement contre la pêche illégale, non-régulée et non-déclarée dans les eaux territoriales mais également de prendre des mesures pour renforcer la sécurité et la sûreté des marins en haute mer.

Go Blue : sécuriser la zone maritime kényane pour favoriser le développement de l’économie bleue

Le projet Go Blue a été élaboré dans ce contexte afin de s’attaquer aux problèmes de sécurité et de sûreté maritimes au Kenya et ainsi contribuer au développement et à l’expansion d’une économie bleue prospère et durable sur le territoire.

Il incite les agences maritimes kényanes à travailler ensemble de manière efficace, tout en participant à l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie maritime du pays. Le projet de sécurité maritime Go Blue contribue également au renforcement des capacités de la garde côtière et des autres agences régionales et nationales impliquées dans la sécurité maritime, en favorisant la mise en place d’une culture d’échange d’informations, de coopération et de collaboration.

En outre, le projet appuiera le Kenya dans l’élaboration d’instruments juridiques et de cadres réglementaires solides pour répondre aux menaces maritimes et faire appliquer le droit maritime dans le pays. Plus généralement, le renforcement de la coopération bilatérale avec les pays voisins et de la coopération régionale dans le domaine de la sécurité maritime constitue l'une des principales composantes du projet Go Blue.