Répondre aux défis posés par les flux migratoires mixtes en Afrique de l'Est

10/02/2016

Expertise France a signé un contrat de gestion indirecte avec l’Union européenne pour la mise en œuvre d’un projet sur les migrations mixtes en Afrique de l’Est. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du processus de Khartoum, un dialogue migratoire lancé en novembre 2014 par l’UE avec les pays de la Corne de l’Afrique, visant à renforcer la coopération entre les pays d’origine, de transit et de destination des migrants.

Ce projet régional couvre les pays suivants : Djibouti, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Ouganda et Yémen.

Migrations mixtes

Doté d’un budget de 6 millions d’euros sur 3 ans, le projet a démarré début 2016. Il a pour objectif d’assister les États d’Afrique de l’Est dans la formulation et la mise en œuvre de réponses exhaustives aux défis posés par les flux migratoires mixtes[1]. Il se décline en trois volets complémentaires :

  • la mise en place et le renforcement de centres d’accueil et d’information pour les migrants ;
  • la lutte contre les réseaux criminels impliqués dans la traite et le trafic d’êtres humains (notamment à travers la collecte, l’analyse et le partage de données) ;
  • la création d’opportunités socio-économiques pour les personnes déplacées et les communautés hôtes au Soudan du Sud.

Expertise France assure la mise en œuvre du projet, en collaboration avec ses partenaires (l’Organisation internationale pour les migrations, le Conseil danois pour les réfugiés et le Secrétariat régional pour les migrations mixtes) et avec l’appui d’experts publics européens, notamment français et italiens.

[1] Flux de personnes qui migrent pour différentes raisons mais partagent les mêmes trajectoires, moyens de transport et embarcations. Les flux mixtes peuvent inclure des réfugiés, des demandeurs d’asile, des victimes de la traite d’êtres humains, des apatrides et des enfants non accompagnés ou séparés de leur famille, ainsi que d’autres migrants en situation irrégulière.

Février 2016

Haut de page