Premier atelier OPP-ERA pour améliorer le suivi des personnes vivant avec le VIH

26/06/2015

Les examens biologiques et en particulier les tests de charge virale sont indispensables pour assurer un suivi de qualité des personnes vivant avec le VIH. Un premier atelier a été organisé dans le cadre du projet OPP-ERA en Côte d’Ivoire, par le programme national de lutte contre le Sida et l’équipe OPP-ERA – Expertise France du 10 au 12 juin 2015 à Abidjan.

Cet atelier a réuni plus de 40 cliniciens, biologistes, techniciens de laboratoire et représentants de patients. Il a permis de faire le point sur les besoins en termes de charge virale pour les 125 000 patients sous traitement antirétroviral en Côte d’Ivoire[1].

L’atelier a également permis de faire un premier bilan des résultats du projet OPP-ERA :

  • en 2014, le Cedres et le CePref, les deux laboratoires soutenus par OPP-ERA, ont réalisé plus de 5000 tests en 5 mois, soit 50% de l’activité de charge virale du VIH en Côte d’Ivoire ;
  • en 2015, OPP-ERA réalisera plus de 14 000 tests de charge virale dans le pays.

Les ateliers OPP-ERA permettent de renforcer le dialogue sur l’accès à la charge virale entre les laboratoires et les cliniciens, en lien étroit avec les programmes nationaux de lutte contre le sida. Ces prochains mois, des ateliers seront organisés dans les autres pays du projet OPP-ERA : Cameroun, Guinée et Burundi.

Le projet OPP-ERA, financé par UNITAID, est mis en œuvre par Expertise France en collaboration avec l’ANRS, Solthis et Sidaction. Il vise à améliorer l’accès aux tests de charge virale dans les pays à ressources limitées.

Télécharger la présentation d’OPP-ERA

 Article rédigé par Mélanie Samson
Juin 2015

[1] En 2014, moins de 7% de ces patients ont eu accès à ce suivi.

A voir aussi

 
Haut de page