Améliorer les soins de santé pour la mère et l’enfant au Tchad

28/03/2016
Actu Tchad_Fonds mondial

Le Tchad, comme plusieurs pays de la bande sahélienne, est confronté à un problème de mortalité maternelle, néonatale et infantile. La santé maternelle et reproductive, facteur important de développement, constitue une priorité absolue dans l’agenda international. Le pays en a fait un axe majeur de son plan stratégique national.

Au Tchad, les indicateurs de décès maternels liés à une grossesse ou un accouchement sont de 1 sur 11, contre 1 sur 150 en moyenne dans les pays émergents et 1 sur 3 800 dans les pays développés. Le taux de mortalité infantile reste l’un des plus élevés au monde : 150 décès avant 5 ans pour 100 000 naissances.

Expertise France accompagne la mise en œuvre du projet d'appui au secteur de la santé au Tchad (PASST2) jusqu’en 2019. Ce projet de 10 millions d'euros, financé par l'AFD, vise à développer l’accès financier aux soins et améliorer la qualité des services de santé, en cohésion avec les réflexions menées par le gouvernement tchadien en matière de couverture universelle en santé (CUS), et plus particulièrement sur la question de la gratuité des soins pour les personnes les plus vulnérables. Une partie de ce financement - à hauteur 3 M€ - a été confiée à Expertise France pour conduire un projet visant l’amélioration de la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant. Ce projet est un pilote sur deux régions (N’Djaména et Moundou) et concerne une trentaine de structures de santé. L’objectif est de capitaliser sur les bonnes pratiques et proposer un passage à l’échelle du pays dans le cadre de la décentralisation.

À terme :

  • Les soins obstétricaux néonatals d’urgence de base vont être disponibles dans 10 centres de santé de la capitale N’Djaména et les soins obstétricaux néonatals d’urgence complets seront disponibles dans les hôpitaux de référence des districts Nord ;
  • Le recours à la planification familiale et à l’utilisation de moyens de contraception modernes sera élargi (objectif : passer de 3 % à 20 % dans la zone couverte par le projet) ;
  • Une offre de soins intégrée sera proposée pour améliorer la survie du nouveau-né et de l’enfant de 0 à 5 ans ;
  • Un plaidoyer sera lancé pour renforcer la connaissance des risques de la grossesse et de l’accouchement.

Le projet repose essentiellement sur du transfert de compétences des partenaires hospitaliers français vers des institutions médicales tchadiennes. Expertise France travaille actuellement à la mobilisation d’un vaste réseau d’expertise publique composé d’équipes médicales pluridisciplinaires : pédiatres, gynécologues/obstétriciens, sages-femmes, puéricultrices et anesthésistes.

© The Global Fund - John Rae

A la Une
Mars 2016

A voir aussi

 
Haut de page