Voussongo, un projet pour sensibiliser les populations aux risques du tabagisme au Burkina Faso

19/06/2017

Le 31 mai, à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, le ministère de la Santé burkinabè et le CHU Yalgado Ouedraogo, en partenariat avec Expertise France, a organisé une journée portes ouvertes dans le centre de sevrage tabagique inauguré dans le cadre du projet Voussongo. Cela a permis aux fumeurs comme aux non-fumeurs de venir s’informer sur les risques du tabac et les possibilités d’accompagnement.

Au Burkina Faso, le tabagisme touche de nombreux jeunes : 27,9% des élèves de 13 à 15 ans consomment du tabac, selon le rapport 2012 du bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Afrique. L’âge de début de consommation d’un produit de tabac est estimé à 11 ans. Une étude STEP réalisée en 2013 met en avant que les hommes burkinabè sont plus touchés que les femmes, notamment ceux de 25 à 34 ans – avec une prévalence de 32,6%.

Le tabac, un coût pour la santé et pour l’économie

Or le tabac génère des risques pour le développement durable d’un pays. En l’absence d’intervention, le tabac pourrait causer 8 millions de décès par an d’ici 2030. Le tabagisme a également un impact économique, direct ou indirect : dépense supplémentaire pour les ménages, hausse des charges en soins de santé, etc.

A l’inverse, la lutte antitabac peut contribuer au développement durable : outre le fait de sauver des vies, elle contribue à dégager des ressources au niveau des ménages pour l’alimentation, la santé, l’éducation... L’augmentation des taxes sur les produits du tabac peut aussi contribuer au financement de la couverture sanitaire universelle ou celui d’autres programmes de développement.

Sensibiliser fumeurs et non-fumeurs au Burkina Faso

Pour la réussite des politiques antitabac au Burkina Faso, sensibiliser et accompagner les fumeurs est essentiel. Fonctionnel depuis début mai, le centre de sevrage tabagique inauguré dans le cadre du projet Voussongo est animé dans cette optique par une équipe pluridisciplinaire. Le centre mène des activités de prévention et de sensibilisation aux risques du tabac ; il met aussi en place des consultations de fumeurs, des protocoles de sevrage avec fourniture de substituts nicotiniques, ainsi qu’un accompagnement psychologique.

Selon le Pr. Georges Ouédraogo, coordonnateur du centre, 27 patients ont déjà été enregistrés pour une prise en charge de leur dépendance au tabac.

Le projet Voussongo, financé par l’Etat français et mis en œuvre par Expertise France, intervient également dans les médias et les établissements scolaires pour informer plus largement des risques liés à la consommation de tabac.

Ce projet est mis en œuvre en partenariat avec l’APHP et le CHU Antoine Béclère. Une collaboration est également prévue avec une unité de tabacologie de Clermont-Ferrand.

Haut de page