Renforcement de l’accès à la charge virale en Côte d’Ivoire : bilan et perspectives du projet OPP-ERA

25/01/2017

Le 20 janvier, Michèle Boccoz, Ambassadrice chargée de la lutte contre le VIH-sida et les maladies transmissibles, a visité le laboratoire du Centre de prise en charge de recherche et de formation (CePReF), 2ème laboratoire du projet OPP-ERA en Côte d’Ivoire.

Visite de Michèle Boccoz à Abidjan - OPP-ERA
Crédit et source : OPP-ERA

Financé par UNITAID et mis en œuvre par Expertise France en partenariat avec le Programme national ivoirien de lutte contre le sida (PNLS), ce projet a déjà permis de réaliser plus de 24 000 tests de charge virale en Côte d’Ivoire.

Lancé en mars 2013 dans quatre pays – Burundi, Cameroun, Côte d'Ivoire et Guinée –  le projet OPP-ERA vise à améliorer le suivi des personnes vivant avec le VIH à travers un accès gratuit au test de charge virale et à élargir l’accès à ces tests performants à un coût abordable en Afrique de l'Ouest et centrale. Le projet est prolongé pour 3 ans dans ces quatre pays afin de développer à plus large échelle l'accès à ces tests.

 

Focus sur la Côte d’Ivoire

Le projet OPP-ERA s’inscrit dans le cadre des efforts mondiaux pour diagnostiquer et traiter les personnes vivant avec le VIH. En 2014, l'ONUSIDA a fixé l’objectif « 90x90X90 » pour que d'ici 2020, 90% de toutes les personnes vivant avec le VIH puissent connaître leur statut sérologique, 90% des personnes diagnostiquées séropositives aient initié un traitement contre le VIH et 90% des personnes traitées aient une charge virale indétectable, preuve du maintien d’un traitement efficace.

La deuxième phase du projet, devrait permettre :

  • le renforcement en équipements des laboratoires du CeDReS et du CePReF d’Abidjan afin d’augmenter leurs capacités ;
  • l’implantation du 3ème laboratoire du projet sur le site du Centre hospitalier régional de Daloa ;
  • de réaliser, outre les tests de charge virale du VIH, le diagnostic de l’hépatite B grâce à la polyvalence des plateformes.

Financé par UNITAID, le projet OPP-ERA est cofinancé et mis en œuvre par un consortium de partenaires français : Solthis, chef de file et responsable de la mise en œuvre en Guinée ; Expertise France, responsable de la mise en œuvre en Côte d’Ivoire et au Cameroun ; Sidaction, responsable de la mise en œuvre au Burundi et l’ANRS, chargée de la direction scientifique et de la valorisation des résultats.

Haut de page