Entretien avec Vanessa Laubin, experte Climat pour le projet Africa4Climate au Bénin

27/09/2016

Trois questions à Vanessa Laubin, experte Climat pour le projet Africa4Climate. Mis en œuvre par Expertise France et financé par l’AFD et le FFEM, ce programme vise à appuyer 4 pays pilotes – Ouganda, Kenya, Gabon et Bénin – dans l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies de développement sobres en carbone et résilientes aux changements climatiques.

Quels sont les impacts du changement climatique sur un territoire rural comme le département des Collines au Bénin ?

Les projections climatiques sont formelles quant à l'augmentation très importante des températures, + 3 °C en moyenne d'ici la fin du siècle, laquelle aura un impact majeur sur les infrastructures, les rendements agricoles, les écosystèmes forestiers ou encore la santé humaine. Mais il est nécessaire de bien distinguer les projections climatiques induites par le réchauffement climatique global des observations de l'évolution du climat sur le territoire des Collines ces trente dernières années.

Vanessa Laubin_Africa4Climate

Compte tenu d'un nombre limité de stations météorologiques sur le territoire des Collines, et hormis l'élévation manifeste des températures sur la période 1960-2010, il est difficile de tirer des conclusions formelles sur l'évolution du climat dans la région. Pourtant les habitants, directement touchés par les effets, ont observé de nets changements : forte diminution des précipitations moyennes, décalage important du démarrage de la saison des pluies, chaleur excessive… Ces manifestations ne sont pas nécessairement dues uniquement au réchauffement climatique ; la déforestation massive agit directement sur les microclimats locaux et nuit aux rendements agricoles. Mais quelle que soit la cause, les capacités d'adaptation face à cette variabilité sont limitées. Dans un territoire où l'agriculture occupe plus de la moitié des ménages, ce constat est préoccupant.

Pour imaginer l’évolution future du climat des Collines, il faut donc tenir compte des impacts liés à un problème global (le réchauffement climatique) et des pratiques locales non durables (déforestation).

Quelles actions concrètes sont mises en œuvre pour permettre au territoire de mieux s’adapter aux effets du changement climatique ?

Plusieurs actions pilotes d'introduction de pratiques agroforestières viennent répondre à cette variabilité climatique, visant à restaurer des sols fortement dégradés et réduire la pression sur la ressource forestière. À ce titre, un important travail de suivi-évaluation et de capitalisation sur ces pratiques est essentiel pour déterminer leur efficacité face aux conséquences futures du changement climatique. La gestion de la ressource en eau constitue également un facteur clé d'adaptation de l'agriculture paysanne ; le choix des solutions techniques mises en œuvre sur le terrain sera déterminant dans les prochaines décennies.

Les actions concrètes passent aussi par l'intégration de cette contrainte climatique dans la planification du développement ; le territoire des Collines s’inscrit dans une démarche innovante. En créant en 2004 le Groupement intercommunal des Collines (GIC), les 6 communes du département ont souhaité mutualiser des ressources et des moyens en vue d'un développement économique et social concerté. Le projet de territoire "Collines 2040", défini en concertation avec les 6 communes et les acteurs locaux, doit guider sur le long terme la planification territoriale des communes et prendre en compte les nouveaux paramètres climatiques pour s'orienter vers des solutions "climato-compatibles". C'est le cœur du projet Africa4Climate au Bénin.

Quelles sont les parties prenantes impliquées dans le projet et comment travaillent-elles à l’élaboration d’un plan de développement territorial résilient aux changements climatiques ?

Les services techniques des 6 communes et le GIC sont impliqués dans ce processus de planification "climato-compatible" pour tendre vers un développement sobre en carbone et adapté aux effets du changement climatique. Mais ce sont les maires et les élus des conseils communaux qu'il faut aussi convaincre pour s'assurer d'un portage politique fort permettant la réalisation concrète du plan de développement, lorsqu'il s'agira notamment de faire les choix d'investissement. Les services déconcentrés de l’État, les ONG, mais aussi les acteurs locaux, à commencer par les producteurs et productrices agricoles, sont également impliqués dans le projet. Pour certaines actions, ce sont les politiques publiques décidées au niveau national qui permettront de réaliser les objectifs locaux : c'est le cas en particulier des puits de carbone que sont les forêts, surexploitées pour répondre à la demande en charbon des grandes villes du Sud du pays. Si le gouvernement béninois ne met pas en place les incitations ou sanctions destinées à faire changer les pratiques dans les grands centres urbains, les efforts du territoire des Collines pour engager des actions de reboisement et de lutte contre la déforestation resteront vains.

Haut de page